ESBA-Nantes Métropole - 2018

Galerie Metropolis, Paris - 2018

ENSBA-Lyon - 2015

News

FORMES D’HISTOIRES

28 avril – 2 septembre 2018
Centre d’art contemporain Les Tanneries
Artistes : Léa Barbazanges, Marion Baruch, Ghyslain Bertholon, Cathryn Boch, Monika Brugger, Florence Chevallier, Céline Cléron, Laetitia de Chocqueuse, Laurence De Leersnyder, Gaëlle Chotard, Geoffrey Cottenceau, Erik Dietman, Edi Dubien, Adélaïde Feriot, Anne Ferrer, Anne-Charlotte Finel, Audrey Frugier, Laureline Galliot, Gérard Gasiorowski, Marie-Ange Guilleminot, Amandine Guruceaga, Jean-François Lacalmontie, Thomas Léon, Fabien Mérelle, Javier Pérez, Lucie Picandet, Bernhard Rüdiger, Julien Salaud, Vanessa Schindler, Stéphane Thidet, Ante Timmermans, Marion Verboom
 

«Low Flying Aircraft and Other Stories»

Exposition personnelle
3 février – 8 avril 2018
(fermeture exceptionnelle du 18 mars jusqu’au 27 mars inclus)
Galerie Metropolis
 

Entrelacements

catalogue monographique
Texte de Claire Moulène
Thomas Léon en Entretiens avec Christine Blanchet
Design graphique : Gwenaël Fradin, Alice Jauneau, David Vallance
Français/Anglais, 140 x 240 mm, 192 pages, éditions Adéra, février 2018
ISBN: 978-2-917498-34-7

A propos

Le travail de Thomas Léon se construit conjointement à partir d’images en mouvement au sens large (cinéma, vidéo, infographie) et du dessin en images de synthèse. Il s’incarne principalement dans des films et installations vidéos et sonores, avec une place importante accordée à la spatialisation sonore. Il s’étend parfois à des objets accompagnant les installations : dessins, impressions numériques, volumes conçus par ordinateur.

Il puise ses sources dans les projets architecturaux des avant-gardes et dans la littérature, dont il tire une partie de ses problématiques : les décalages complexes qui apparaissent entre un projet, sa représentation et sa mise en œuvre (architecture, urbanisme, modèles de sociétés) ; la pertinence d’usage des formes dans la durée ; les liens entre les questions de forme et les enjeux de pouvoir.

Ces problématiques s’articulent à des questionnements plus proprement esthétiques comme le rapport à la mimesis, l’évaluation des apports de la modernité, les valeurs formelles inhérentes à chaque médium et leur déplacement, l’engagement physique du spectateur, afin de produire des formes nouvelles.

About

Thomas Léon’s work is made out of moving images of all kind (cinema, video) and drawings in computer graphics. His work essentially consists of films and video and sound installations with an important role given to sound spatialization. Objects, such as drawings, digital prints, computer generated volumes sometimes accompany his installations.

His work is inspired by avant-garde architectural projects and in literature, from where it takes parts of its problematics: the complex discrepancies that appear between a project, its representations and its realization (architecture, urbanism, and social models), the relevance of forms through time, the links between form and the stakes of power.

These problematics are linked with strictly aesthetic questionings, such as the relationship to mimesis, the assessment of modernity’s contribution, the formal values inherent to each medium and their shifting, the physical engagement of the spectators in order to produce new forms.